Home » Fără categorie » LiBRI: Le rôle de la langue roumaine dans le processus d’internationalisation de l’enseignement supérieur roumain

Categories

Our Facebook Page

LiBRI: Le rôle de la langue roumaine dans le processus d’internationalisation de l’enseignement supérieur roumain

Le dernier numéro de la revue LiBRI présente, parmi les autres, l’article écrit par Oana-Luiza Barbu intitulé « Le Rôle de la Langue Roumaine dans le Processus d’Internationalisation de l’Enseignement Supérieur Roumain », à travers lequel l’auteure se propose d’analyser la manière dans laquelle la langue roumaine est instrumentalisée par le processus d’internationalisation et de voir quelles sont les résultats de ce processus.

Dans le cadre du processus d’internationalisation, la langue roumaine représente l’instrument par lequel la culture roumaine est promue, et le spécifique national est préservé.

Globe-Multiculturalism

L’article peut être divisé en trois parties: d’abord on parle de la clarification conceptuelle et de l’identification de la relation entre la globalisation, l’internationalisation et le multiculturalisme. Puis, la deuxième partie va traiter l’internationalisation comme processus, pour que, dans la dernière partie, l’attention va se concentrer sur le rôle de la langue roumaine dans le cadre de ce processus.

Les concepts comme « globalisation » et « internationalisation » sont expliquées pour mieux comprendre la relation qui s’établit entre eux. Les deux définitions nous font conclure que tant la globalisation, que l’internationalisation ont besoin, et même plus, sont dépendantes de la libre circulation des idées, des personnes et des produits, n’importe quelle soit leur nature.

On constate que la relation entre globalisation et internationalisation devient plus complexe une fois qu’on introduit un troisième élément, le multiculturalisme. Dans cette nouvelle configuration, globalisation – internationalisation – multiculturalisme, l’internationalisation joue le rôle de catalyseur, en devenant le point de convergence de ces deux processus.

Même si le terme d’internationalisation est assez récent, ce processus a ses origines dans le Moyen Age et s’est développé dans un rythme lent mais soutenu. Les principales motivations qui ont été à la base de ce processus et qui l’ont conduit sont de nature économique, politique, culturelle et éducationnelle, et aussi au niveau national et institutionnel.

En ce qui concerne la langue, elle représente l’identité nationale et c’est l’élément qui fait possible la cohésion nationale. Aujourd’hui son rôle devient plus complexe, parce qu’elle aide à transformer le discours basé sur le clivage unité-diversité dans un discours qui engendre l’unité par diversité.

La langue roumaine a beaucoup de potentiel qui n’est encore exploité. Les cours et les écoles d’été virtuelles deviennent très populaires parmi les étudiants et, si on prend en compte la législation européenne qui encourage la préservation de „cultures petites” et des particularités ethniques et linguistiques, on constate que la langue roumaine peut devenir encore plus un des instruments principaux de l’internationalisation.

En conclusion, on observe que par le biais de la langue roumaine, un des objectifs de l’internationalisation est accompli, c’est-à-dire, la promotion de la culture roumaine et la préservation du spécifique national, tout dans l’esprit de l’approche unité par diversité.

Cliquez ici pour en savoir plus!

Cristina Lazăr